VSM (Value Stream Mapping)Si nous vous disons que la VSM (Value Stream Mapping) est un véritable outil stratégique. Vous allez nous dire mais en quoi ? C’est dans cet article que nous allons vous apporter toutes les réponses et, vous faire comprendre sa nécessité dans le cadre du déploiement d’une démarche Lean manufacturing au sein de votre entreprise.

Tout commence par un état des lieux…

Le principe est le suivant : on commence dans un premier temps par réaliser une première VSM, un véritable état des lieux objectif, basé sur des chiffres, puis dans un second temps à partir des constats réalisés, une VSM cible est construite afin de rendre l’entreprise plus Lean.

La VSM « état des lieux » se fait toujours sur le terrain et en équipe ! Nous sollicitons pour cela le responsable de l’amélioration continue  (kaizen manager), le responsable Supply Chain, le responsable de production, le responsable ordonnancement et enfin le responsable méthode.

Nous remontons ensemble le flux des pièces et composants du quai d’expédition jusqu’au magasin matières premières. Cet exercice physique et mental, puisqu’il faut compter les pièces, permet de représenter sur une feuille A3 avec un simple crayon les différentes opérations réalisées sur les produits, les encours et stocks, les flux d’informations ainsi que l’ensemble des informations pertinentes (temps de cycle, demande client, taille de lot, TRS, etc.). Une fois la VSM construite, l’équipe calcule le temps de traversée de la matière du magasin au quai d’expédition, le LEAD TIME, ainsi que le temps durant lequel on apporte de la valeur ajoutée au produit. Premiers émois de l’équipe sur la valeur du LEAD TIME qui représente souvent plusieurs semaines voire plusieurs mois. Deuxième surprise le ratio VA sur LEAD TIME qui est de l’ordre de 0,00X %.

C’est à partir de cette carte de l’existant partagée par l’ensemble de l’équipe et par la direction générale que nous pouvons ensemble définir une VSM cible afin d’atteindre notre objectif : diminuer notre Lead time et, améliorer notre ratio VA/Lead time. C’est à cette étape là qu’une bonne dose d’expériences et de connaissances de l’ensemble des concepts et outils Lean sont nécessaires !

La VSM cible, une véritable feuille de route

Ainsi, nous construisons au fur et à mesure la VSM cible qui représente notre « Vision » de l’organisation de la production à moyen terme. L’équipe identifie petit à petit les outils à employer pour y parvenir (chantiers kaizen, 5S, kanban, TPM,  SMED, supermarché, 8D etc.) ainsi que la chronologie de déploiement. La « Stratégie »  à suivre pour obtenir une entreprise plus Lean, atteindre « Notre Vision » est maintenant définie. Les actions à mener vont toucher à la fois les flux physiques, mais aussi les flux d’informations et à terme l’organisation générale de la production et des services supports.  C’est une modification en profondeur de l’entreprise !

Cette stratégie de déploiement est ensuite partagée puis validée par la direction générale avant sa mise en œuvre.

Si nous récapitulons la VSM permet de :

  • Faire un état des lieux objectif,
  • Partager sur une même base les constats,
  •  Définir la cible à atteindre, « la Vision » avec ses objectifs,
  • Elaborer la stratégie pour y parvenir ainsi que les ressources et le bon tempo,
  • Communiquer à l’ensemble des acteurs de l’entreprise l’ensemble de la démarche

Pour toutes ces raisons évoquées ci-dessus, la VSM est sans équivoque un véritable outil stratégique sans lequel il n’est pas possible d’avoir une vision à la fois globale et cohérente de l’entreprise et une tactique  de déploiement pertinente.