Cette semaine, nous avons souhaité réagir à l’article « Ce qu’il faut savoir sur le lean management » publié dans l’Express.

« Merci pour ce papier instructif sur la manière dont le Lean est vendu par les uns, et critiqué par les autres ; et pourquoi ne pas dire tout de suite que les détracteurs ont raison

  • de vilipender la chasse aux gaspi transformée en chasse aux temps de respiration des employés,
  • de crier au taylorisme quand les mauvais génies du Lean poussent leurs clients à découper le poste en tâche élémentaire puis à affecter une tâche à un opérateur unique  provoquant lassitude et TMS.

Sauf que toutes ces tares sont les conséquences d’une méconnaissance de la juste application du Lean qui vise – bien au-delà de la chasse aux Mudas sur le terrain de l’atelier ou du magasin, à faire que :

  • les process soient fluides, et faciles à vivre, non encombrés car les tailles de lots d’approvisionnement sont conformes  à la cadence à produire,
  • les cellules de travail (dites en U) permettent à l’opérateur d’être multi-activités au lieu de ressembler au pauvre Charlie Chaplin broyé dans l’engrenage,
  • que ce même opérateur est en condition pour stopper la production si une condition de la conformité du produit n’est pas réunie, qu’il le voit et qu’il est encouragé à le dire.

Une juste interprétation du Lean afin d’en tirer une vraie efficacité doit et  va interpeller les processus amont de la production que sont la conception des produits et des process, la manière de travailler avec les fournisseurs et de calibrer l’approvisionnement et les systèmes de transport,

Pour rendre «  les choses simples dans l’atelier » : c’est là que sont les vrais gains et pas dans les archaïsmes d’un taylorisme déguisé !  »

Qu’en pensez-vous ?