L’industrie aéronautique est en plein essor. Face à une demande qui ne cesse de croître, des attentes à la fois complexes et exigeantes (disponibilité, coûts, réactivité, compétitivité etc.),  les donneurs d’ordre de la filière aéronautique ont décidé d’intégrer au référentiel En 9100 : version 2009 une nouvelle exigence : la mise en œuvre de la gestion de projets. L’objectif principal étant de répondre aux performances de qualité et de délai attendues par les clients.

Gestion de projet : les raisons de sa mise en œuvre

Trop de dérives ont été constatées ! Des retards lors des phases de conception, des retards de livraison chez le client … Des retards qui sont principalement liés à :

  • La difficulté pour les sous-traitants à définir un projet, à le formaliser pour pouvoir décider de sa mise en œuvre.
  • La difficulté aussi à allouer et à définir les ressources nécessaires (Combien ? Qui fait quoi ?) au déploiement du mode projet.
  • La difficulté également à planifier le projet et ses différentes étapes
  • La difficulté à maîtriser les coûts.
  • Enfin, la difficulté à solliciter d’autres acteurs de l’organisation et, à se poser des questions du type : quel est le moment opportun pour faire intervenir le service Achat, Méthodes ou encore le service Fabrication ?

Ces constats ont amené les donneurs d’ordre à instaurer cette nouvelle exigence « gestion de projet » visant à organiser de bout en bout le bon déroulement d’un projet.

Ainsi, il est clairement écrit dans la norme au paragraphe 7.1.1 Gestion de projet que :

7.1.1   Gestion de projet

De façon appropriée à l’organisme et au produit, l’organisme doit planifier et gérer la réalisation du produit de manière structurée et maîtrisée afin de satisfaire aux exigences avec un niveau de risque acceptable, en prenant en compte les contraintes liées aux ressources et aux délais.

Gestion de projet : une exigence certes, mais modérée

Le secteur aéronautique est beaucoup moins prescriptif que le secteur de l’automobile. Autant le secteur automobile impose à ses équipementiers à travers l’ISO/TS 16949 : 2009 d’utiliser les « core tools » dont ceux exigés en matière de conduite et de maîtrise des risques dans le cadre des projets de développement Produit / Process, autant le secteur aéronautique à travers l’EN 9100 :2009 demande de ne retenir que les grands principes d’un fonctionnement en mode projet.

Les grands principes d’un fonctionnement en mode projet sont donc :

  • Des responsabilités définies
  • Un planning
  • Une équipe pluridisciplinaire
  • Des jalons identifiés
  • Des revues pour franchir des jalons.

Ce sont donc sur ces cinq grands principes que l’organisme sera évalué. Les questions habituellement posées par l’auditeur sont :

  • Sur quel projet travaillez-vous pour vos clients ?
  • Comment avez-vous défini les ressources affectées à ce projet?
  • Comment avez-vous établi le planning pour qu’il  soit cohérent avec les exigences de votre client en matière de délai ?
  • Comment assurez-vous la coordination entre les différentes fonctions impliquées dans le projet ?
  • Comment validez-vous les avancées de votre projet ?

Les réponses apportées permettront à l’auditeur de vérifier qu’il existe bien une démarche de gestion de projet et que les projets sont pilotés de manière efficace et, conformément à la nouvelle exigence « gestion de projet » du référentiel En 9100 : version 2009.