Les deux plus grandes associations automobiles mondiales l’AIAG et le VDA viennent de publier leur livre blanc concernant la méthodologie AMDEC harmonisée. Ce nouveau manuel vise une méthodologie AMDEC plus robuste pour gérer les risques liés aux produits et aux processus de fabrication, tenant compte de la complexité des multiples exigences réglementaires et spécifiques des équipementiers ainsi que des attentes exigeantes des consommateurs pour des produits plus innovants.

« Une approche plus structurée qui tire parti des leçons apprises »

Quels vont être les changements les plus importants ?

1 – Une nouvelle approche en 7 étapes.

Le nouveau manuel AMDEC AIAG-VDA fournit un cadre pour la documentation des risques techniques de manière précise, pertinente et complète en 7 étapes.

Étape 1 : Planification et préparation du projet

► Principaux changements :

  • Définition des limites de l’analyse selon les 5T (InTent, Timing, Team, Tasks, Tools) ;
  • Révision des en-têtes du formulaire.

Étape 2 : Analyse structurelle

► Principaux changements :

  • Description du Bloc Diagramme (AMDEC produit) ;
  • Description du Diagramme des flux et arborescence (AMDEC process) ;
  • Collaboration entre client et fournisseur.

Étape 3 : Analyse fonctionnelle

► Principaux changements :

  • Visualisation à l’aide d’un Diagramme de paramètres (P-Diagram) ;
  • Description de la collaboration entre les équipes d’ingénierie.

Étape 4 : Analyse des défaillances

► Principaux changements :

  • Introduction du concept d’élément cible ;
  • Connexions entre l’AMDEC produit et l’AMDEC process ;
  • Collaboration entre client et fournisseur.

Étape 5 : Analyse des risques

► Principaux changements :

  • Révision des tableaux de cotation de la gravité (S), de l’occurrence (O) et de la détection (D);
  • Renforcement de l’AMDEC process au travers de la cotation de la gravité, comprenant les effets pour l’entreprise, le client et l’utilisateur final (si connus) ;
  • La priorité d’action (AP) remplace l’indice de priorité du risque (RPN).

Étape 6 : Optimisation

► Principaux changements :

  • Description détaillée de l’optimisation ;
  • Collaboration entre l’équipe AMDEC, la Direction, le client et le fournisseur.

Étape 7 : Documentation des résultats (nouveau)

  • Le domaine d’application et les résultats de l’AMDEC sont résumés dans le rapport ;
  • La référence aux risques de défaillances techniques fait partie intégrante du planning de développement et des jalons du projet.

Avantage de cette nouvelle approche en 7 étapes : Une plus grande efficacité et efficience de l’équipe pluridisciplinaire AMDEC.

2 – Une amélioration de la planification et de la préparation de l’AMDEC.

Une autre différence majeure est l’amélioration de la planification et de la préparation de l’AMDEC ; c’est la première étape de son développement.

Bien que la définition du périmètre ait toujours fait partie du développement de l’AMDEC, le manuel AIAG-VDA lui confère une importance accrue. Par exemple, déterminer les limites de l’analyse (ce qui est inclus et ce qui est exclu), appliquer les règles 5T, préparer l’AMDEC à partir des retours d’expérience et définir clairement les rôles et responsabilités (manager, responsable technique, animateur, membres de l’équipe) sont désormais plus explicitement inclus dans la préparation de l’AMDEC.

Avantage : L’amélioration de la planification et de la préparation de l’AMDEC va permettre d’éviter à l’équipe pluridisciplinaire de perdre du temps en raison d’un manque d’informations pertinentes.

3 – Une spécificité accrue des critères de cotation.

Le nouveau manuel AMDEC AIAG-VDA comporte plus de spécificités dans les critères de cotation de Sévérité, d’Occurrence et de Détection. Par exemple, la prise en compte de la confirmation de l’efficacité des dispositions de prévention et de détection actuels, du retour d’expérience produit et process, ainsi que de la maturité de la méthode de détection, fait désormais partie intégrante des critères de cotation.

De plus, l’indice «Priorité d’action » (AP) remplace l’indice RPN. L’examen des cotations S, O et D individuellement et en combinaison pour la détermination des actions de réduction du risque sont priorisés : Haut, Moyen ou Faible.

Avantage : La priorité d’action basée sur la combinaison des cotations S, O et D favorise clairement la prévention des erreurs. Les niveaux de priorité d’action sont classés comme Haut ou Moyen pour une Gravité et une Occurrence modérée, même si les dispositions de Détection sont efficaces. La mise en place de dispositifs anti-erreurs est le moyen le plus rapide pour déclasser les niveaux de risques AP de Haut à Moyen et Moyen à Faible.


Et maintenant ?

Objectif 1 : Se familiariser avec le nouveau référentiel.

Le manuel AMDEC AIAG-VDA sortira officiellement la 1ère semaine de juin. Rendez-vous le mois prochain pour l’analyse détaillée de notre experte Valérie LE COUEDIC sur le sujet. Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer les prochains articles.

Objectif 2 : Se former & identifier les écarts.

Formez vos experts et équipes AMDEC mais aussi vos auditeurs et managers au nouveau référentiel AMDEC. Nous vous proposons une formation de 2 jours pour les experts AMDEC et une formation d’une journée pour comprendre les écarts avec l’ancien référentiel AIAG. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant pour nos prochaines sessions.

A l’issue de la formation, vous serez en mesure d’identifier les écarts avec vos pratiques.

Objectif 3 : Mettre en œuvre sur un projet pilote.

Il n’est pas exigé de réviser les AMDEC existantes selon la nouvelle approche AMDEC. Cependant il pourrait être opportun, à l’occasion d’une révision de vos AMDEC, de réviser la cotation selon le nouveau référentiel afin d’identifier de nouvelles pistes de réduction de risques.

La mise en place de la nouvelle approche AMDEC devra s’effectuer sur un projet pilote et les leçons apprises ainsi que les gains obtenus devront être documentés.

Nous pouvons vous accompagner dans la mise en œuvre, tant technique qu’organisationnelle, de la nouvelle approche AMDEC, sur un projet pilote.

Objectif 4 : Standardiser.

La standardisation passe par la révision de vos standards AMDEC (instructions, support d’enregistrement, logiciel,…). Nous vous communiquons les supports d’enregistrement sous format Excel lors de la formation.

Le déploiement de cette nouvelle approche AMDEC va s’effectuer progressivement. En effet, elle va nécessiter que l’ensemble de la supply chain s’approprie ce nouveau référentiel, y compris les auditeurs tierce partie, et que les clients qui souhaitent l’imposer révisent leur CSR.

Objectif 5 : Améliorer en continu.

L’AMDEC n’est jamais terminée. Elle s’enrichit au fil du projet et du retour d’expérience en vie série. L’AMDEC est un document vivant, qui doit être mis à jour tenant compte de l’évaluation factuelle de l’occurrence et de la non détection des défaillances internes et externes.

Les activités relatives à l’AMDEC sont étroitement liées aux coûts de prévention, tandis que le plan de surveillance est lié aux coûts de la détection. Si les coûts relatifs aux défaillances internes et externes sont supérieurs aux coûts de la prévention, alors l’AMDEC est inefficace à fournir la valeur attendue.

L’audit des pratiques AMDEC permet de veiller à ce que la démarche progresse et soit efficace et efficiente pour l’entreprise. N’hésitez pas à nous solliciter pour l’audit de vos AMDEC.